L'Abbé Bourbonnaud

L'abbé Bourbonnaud est une figure importante pour les plus anciens des galitois. Il avait un attachement véritable à la population de l'île, doublé d'une image de grandeur de la France. Ce point doit être garder à l'esprit en lisant ces quatre cahiers ( I, II, III, IV) sur la Galite dans lesquels, il cherche à transcrire les histoires orales des Galitois, à montrer qu'ils sont originaires de Bône (Algérie) et que la Galite fut une ancienne terre chrétienne. L'histoire bonoise est exacte, mais sa durée est relativement brève (10 à 20 ans).
Il vise à faire acquérir la nationalité française à la population insulaire et à démontrer que cette région est une terre anciennement chrétienne. Il ne faut rien voir là d'agressif, mais uniquement le résultat d'une éducation dans cette France de la troisième république qui voulait recouvrer son intégrité territoriale perdue depuis 1870 et qui avait beaucoup donné au cours de la première guerre mondiale durant laquellle l' Abbé avait servi comme soldat.

Le premier janvier 1938, il répond à un questionnaire soumis par l'archevêché de Carthage :

François Joseph Bourbonnaud, fils de M. Bourbonnaud et de Jeanne Rousseau
né à Miremont (Puys de Dome) le 31 mars 1882.
Petit séminaire : collège de Saint-Sauveur à Cellule (Puys de Dome)
Grand Séminaire de Clermont-Ferrand, Chevilly près de Paris, Carthage
Ordination sacerdotale : Carthage 1912
Vicaire de Bizerte de 1912 à 1914, curé à la Pêcherie depuis la fin de la guerre
Croix de Guerre, Médaille militaire, Médaille des blessés, Médaille des Alliés, officier du ..., d'académie, Croix du combattant, proposé pour le ruban rouge commme combattant .... Aumônier de réserve de la Marine....

L'abbé Bourbonnaud est décédé en 1939, il est enterré à La Galite le 21 avril 1939.

Son Cercueil arrivant à La Galite, un galitois s'étonna : "e morte, ma e pesante".



Page à Page